Allaitement Maternel

La mise en route de l’allaitement maternel est un moment décisif et même parfois difficile enfreint de doute et hésitation ! Voici 10 astuces pour bien le démarrer.

 
 
INFORMEZ-VOUS !
 
Une femme avertie en vaut deux ! Juste après l’accouchement, au moment du démarrage de l’allaitement, aucune femme n’est en pleine possession de ses capacités physiques ni intellectuelles. Mieux vous serez informée en amont, plus vous serez capable de faire vos choix en connaissance de cause, en particulier si vous recevez des informations contradictoires de la part des soignants, ce qui arrive encore fréquemment en matière d’allaitement maternel. N’hésitez pas à glisser le numéro de quelques consultantes en lactation de votre région dans votre valise de maternité !

 

FAITES-VOUS CONFIANCE !

On ne le répétera jamais assez en matière de parentalité en général, et d’allaitement en particulier. Vous sentez que votre bébé n’est pas dans une position confortable ? Vous sentez qu’il a besoin de téter encore alors qu’on vous dit que cela dure déjà depuis (trop) longtemps ? Ecoutez-vous, vous êtes bien plus connectée à votre bébé et à ses émotions que vous ne le croyez !

 

OFFREZ- A BÉBÉ UNE TETEE DE BIENVENUE.

 
Idéalement, la tétée de bienvenue devrait se dérouler ainsi : on laisserait votre bébé sur votre ventre après l’accouchement, et, au bout de 30 à 45 minutes, il ramperait doucement sous vos yeux ébahis jusqu’à votre poitrine où il téterait votre sein le plus naturellement du monde. En réalité, cela se passe souvent différemment. Retenez en tout cas qu’il est important que la tétée de bienvenue se déroule dans l’heure voire dans les 2h qui suivent la naissance, après un temps de récupération de votre bébé, "venir au monde, ce n’est pas une mince affaire "!-, et qu’il est préférable de laisser votre bébé sur votre ventre ou votre poitrine et lui laisser le temps de trouver seul la source !
 
ALLAITEZ À LA DEMANDE !
 
Il n’y a pas si longtemps, on apprenait aux soignants qu’un nouveau-né normalement constitué tétait toutes les 3 à 4 heures. On a ainsi appris à quelques générations de mamans qu’il fallait espacer les tétées, et qu’un nouveau-né qui tétait toutes les heures avait un souci. Il n’en est rien ! L’allaitement à la demande est la seule règle qui prime : la plupart des nouveaux-nés a besoin de téter très fréquemment - toutes les heures sur certaines périodes - tandis que d’autres auront un rythme moins soutenu. Faites confiance à votre bébé pour prendre la quantité de lait dont il a besoin, et retenez que plus il est près de vous, contre vous, en peau à peau avec vous, plus cela le stimule pour téter !
 
EVITEZ LES TETINES
 
C’est particulièrement vrai pour les premiers jours après la naissance, lorsque l’allaitement se met en place : c’est la succion de votre bébé qui enclenche la lactation. Plus elle est stimulée, plus vous avez de lait. Une tétine risque d’une part de retarder les tétées en retardant la mise au sein puisque le besoin de succion de votre bébé est comblé, et d’autre part de causer des difficultés de prise du sein, car téter une tétine ou un mamelon sont deux choses différentes qui risquent d’entraîner une confusion.
 
VIVEZ AU RYTHME DE VOTRE BEBE
 
Vous avez sans doute entendu ce bon conseil maintes fois durant votre grossesse : « Dors quand ton bébé dort ! ». En effet, votre bébé a des plages de sommeil plus fréquentes et plus courtes que les vôtres. Si vous voulez tenir sur la longueur, ne profitez pas de ses plages de sommeil pour rattraper vos lessives en retard ou envoyer des mails. DOR-MEZ. 
Être aussi reposée et détendue que possible favorise la lactation, aussi tous les moyens sont bons pour éloigner de vous fatigue et stress !
 
EVITEZ LES COMPLEMENTS
 
Selon la maternité dans laquelle vous accoucherez, il est possible qu’on vous propose facilement de donner des compléments de lait artificiel à boire à votre bébé. Pour vous reposer la nuit, parce qu’on craint que votre colostrum (liquide jaune très nutritif qui s’écoule de vos seins avant la montée de lait) ne soit pas assez nourrissant, etc… Refusez, à moins d’avoir une prescription médicale qui atteste de la nécessité de celui-ci. En effet, le lait artificiel, plus long à digérer, risquerait de réduire le rythme des tétées de votre bébé et de retarder la mise en place de votre allaitement, voire de le mettre en péril. Si un complément était néanmoins indispensable, donnez-lui à la cuillère ou à la seringue, afin d’éviter la confusion sein/tétine.
 
TROUVEZ LA POSITION QUI VOUS CONVIENNE
 
Sur internet ou dans la littérature sur le thème de l’allaitement, vous trouverez un certain nombre de positions « académiques » d’allaitement. La madone, le ballon de rugby, etc… Au fil du temps, vous trouverez vous-même les positions qui vous conviennent et qui ne sont pas forcément répertoriées ! 
Quelques trucs à retenir cependant :
- Vous et votre bébé devez être à l’aise, sans tension.
- La bouche de votre bébé doit être grande ouverte lorsqu’il prend le mamelon, et il doit être bien en face de celui-ci.
- L’oreille de votre bébé, son épaule et sa hanche doivent être sur la même ligne lorsqu’il tête.
- Veillez à ce que son nez soit dégagé durant la tétée.
 
DELEGUEZ ET NE RESTEZ PAS SEULE !
 
Que vous comptiez allaiter 2 mois ou 2 ans, DE-LE-GUEZ.
Allaiter prend du temps, en particulier au début. Faites en sorte de partager les tâches au maximum avec le papa et/ou toutes les personnes de votre entourage sur qui vous pouvez compter. Si vous êtes isolée, privilégiez les temps avec votre bébé et lâchez prise sur les tâches ménagères. Sortez et allez passer du temps dans des cafés parents-enfants, des groupes de mères, des groupes d’allaitement !
 
MANGEZ DEUX FOIS MIEUX PLUTOT QUE DEUX FOIS PLUS !
 
Les prises de poids après la grossesse ne sont pas rares : on a tellement coutume de dire que l’allaitement ferait maigrir. Ce n’est pourtant pas le cas pour toutes les femmes, ni dans toutes les situations ! 
Gardez à l’esprit que c’est la qualité et la variété des aliments que vous consommez qui assure une grande qualité au lait que vous produisez, bien que quelques écarts ne soient heureusement pas interdits : il faut aussi vous faire plaisir !
 
 
Bonne route lactée !